Lettre type à envoyer aux membres du Comité permanent de la justice (avec leurs adresses) et à votre députéE, pour soutenir le mémoire et le témoignage de la CLES

Afin de signifier votre appui au mémoire de la CLES ainsi qu’aux propos que nous tiendrons devant le Comité permanent de la justice, vous pouvez copier coller cette lettre et l’envoyer par courriel aux membres du Comité permanent de la justice ainsi qu’à votre députéE.

 

Adresses de membres du Comité à copier-coller en bloc :
Joy.smith@parl.gc.ca, David.wilks@parl.gc.ca, Kyle.seeback@parl.gc.ca, Eve.peclet@parl.gc.ca, Pierre.jacob@parl.gc.ca, Robert.Goguen@parl.gc.ca, bob.dechert@parl.gc.ca, Sean.casey@parl.gc.ca, Francoise.Boivin@parl.gc.ca, mike.wallace@parl.gc.ca

 

Lettre type:

Mesdames, Messieurs,

Je souhaite par la présente témoigner de mon appui au mémoire et au témoignage présentés par la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) devant le Comité permanent de la justice et des droits de la personne.

En tant que féministe abolitionniste je soutien l’adoption du projet de loi C-36 Sur la protection des personnes et des communautés vulnérables à l’exploitation sexuelle tout en appuyant les recommandations effectuées par la CLES auprès du comité.

Si j’appuie le projet de loi C-36, c’est dans une perspective d’égalité entre les femmes et les hommes et de lutte contre l’exploitation et la marchandisation des corps, tel qu’énoncé dans le préambule. La sécurité des femmes ne peut être une affaire privée et doit prendre en compte tant la sécurité objective que psychologique. En ce sens, je soutiens la criminalisation des clients et proxénètes afin de protéger toutes les femmes contre la sollicitation et l’exploitation sexuelle.

Toutefois, aucune femme ne devrait en aucun cas être criminalisée pour l’exploitation qu’elle subie et c’est pourquoi je crois qu’il faut modifier le projet de loi afin d’éliminer toute possibilité de criminalisation des personnes prostituées. La criminalisation nuit grandement à leur sécurité et entrave leurs démarches de sortie de la prostitution.

Finalement, au-delà de la criminalisation asymétrique, il faut impérativement que les fonds alloués par le projet de loi servent à soutenir les femmes dans leurs démarches de sortie et d’après sortie, que des alternatives réelles à la prostitution soient mises en place et que des campagnes d’éducation s’attaquent à décourager la demande et à détruire les mythes et préjugés entourant la prostitution. Les personnes prostituées devraient également être indemnisées pour les torts subis et leurs casiers judiciaires effacés afin de ne pas entraver leurs démarches de sortie et leur réintégration sur le marché du travail.

Je veux plus pour les femmes prises dans la prostitution et plus pour les femmes que la prostitution. Je vous remercie de considérer ces éléments lors de l’étude du projet de loi C-36.

Votre signature

 

Les membres du Comité permanent de la justice et des droits de la personne:

Mike Wallace
Député conservateur et président du CPJ
mike.wallace@parl.gc.ca

Françoise Boivin
Députée néo-démocrate et vice-présidente du CPJ
Francoise.Boivin@parl.gc.ca

Sean Casey
Critique Libéral en matière de justice et vice-président du CPJ
Sean.casey@parl.gc.ca

Bob Dechert
Secrétaire parlementaire à la Justice
bob.dechert@parl.gc.ca

Robert Goguen
Secrétaire parlementaire à la justice
Robert.Goguen@parl.gc.ca

Pierre Jacob
Député néo-démocrate
Pierre.jacob@parl.gc.ca

Ève Péclet
Députée néo-démocrate
Eve.peclet@parl.gc.ca

Kyle Seeback
Député conservateur
Kyle.seeback@parl.gc.ca

David Wilks
Député conservateur
David.wilks@parl.gc.ca

Joy Smith
Députée conservatrice
Joy.smith@parl.gc.ca

Par courrier postal :
Nom du députéE
House of Commons
Ottawa, ON K1A 0A6