Dans les médias

Il existe plusieurs façons d’interpeller les médias, du traditionnel « courrier du lecteur » aux plus modernes médias sociaux. Voici quelques petits trucs pour arriver à faire entendre votre voix.

Dans les « Courriers des lecteurs-lectrices »
  • Soyez opportunistes. Si vous pouvez lier votre intervention à un élément de l’actualité ou à un article du journal cela augmentera vos chances d’être publiéE. Un parti fait une sortie concernant l’égalité entre les femmes et les hommes? Demandez du tac au tac qu’il prenne position en matière d’exploitation sexuelle. UnE journaliste écrit un article sur le « travail du sexe » ne présentant que cette position? Faites lui savoir que vous êtes déçuE et présentez lui la position abolitionniste.
  • Soyez rapides! Si vous réagissez à l’actualité, votre lettre devra toutefois être envoyée au journal le jour même sinon votre commentaire risque d’être déjà désuet.
  • Soyez concisES : idéalement entre 150 et 350 mots. C’est très peu alors allez droit au but! Pas besoin de faire l’historique de la problématique. Nommez la raison qui vous pousse à écrire (en réaction à tel article ou propos, parce que vous sentez qu’un sujet est passé sous silence, etc.), identifiez deux ou trois arguments incontournables et terminez en disant ce que vous attendez de la part des personnes interpellées par votre texte (le journal, les éluEs, la population, etc.).
  • Soyez tenaces! Même si votre texte est excellent, il se peut qu’il ne soit pas publié parce qu’une personne connue a elle aussi écrit au « courrier des lecteurs » le même jour, parce que le journal a reçu trop de lettres ou parce qu’un autre sujet monopolise l’attention médiatique. Plus vous écrivez souvent, plus vous avez de chance d’être publiéE!
  • Soyez audacieux/ses.  N’hésitez pas à faire jouer vos contacts ou ceux de vos connaissances. Donnez un coup de fil, envoyez un courriel, validez que votre sujet pourrait intéresser le journal en question et informez-vous de la longueur et de l’angle qui passerait le mieux.

Quelques adresses:

– Pour La Presse, écrivez à : debats@lapresse.ca

– Pour Le Devoir, écrivez à : lettres@ledevoir.com

– Pour le Journal de Montréal et de Québec : opinions@quebecormedia.com

– Pour le Journal Métro : opinions@journalmetro.com

– Pour Le Soleil : opinion@lesoleil.com

– De très nombreux hebdos régionaux se trouvent ici. Choisissez votre région, votre hebdo et utilisez l’onglet « Pour nous joindre »

Vous avez des questions sur comment acheminer un texte d’opinion à un média? Contactez Martine : martine.b.cote@lacles.org

Sur les lignes ouvertes à la radio et à la télé
  • Profitez du fait que personne ne vous voit pour jeter vos idées sur papier. Vous pouvez même écrire des phrases complètes, idéalement en langage parlé pour ne pas qu’on sente que vous lisez un texte.
  • Prenez de petites notes sur ce qui a été dit avant, soit pour ne pas le répéter soit pour y répondre ou pour donner votre accord et y ajouter quelque chose.
  • Parlez lentement, articulez et respirez!
  • N’utilisez pas d’acronymes, d’expressions trop techniques ou vulgaires. N’oubliez pas votre que votre objectif est de faire passer un message et donc que les gens le comprennent et y adhèrent.
Sur les réseaux sociaux
  • Vous pouvez interpeller la plupart des candidatEs, éluEs et journalistes via leur page Facebook ou leur compte Twitter. Posez-leur des questions directes, courtes et polies. Pour ce faire, vous pouvez vous inspirer de notre liste de questions ou encore des engagements que la CLES souhaite voir les partis prendre.
  • Sur Facebook posez vos questions directement sur le mur de la personne ou du parti ou utilisez @NomdelapersonneOUparti (le nom devrait apparaitre dans une liste et vous devez le choisir dans la liste) afin que toutes et tous puissent voir votre question et la réponse donnée.
  • Sur Twitter, utilisez des mots-clics populaires et reliés à votre question ou intervention afin que le plus de personnes possible la voient. Vous pouvez aussi interpeller un @journaliste, un @médias ou @_LaCLES afin qu’ils relaient votre tweet.
  • Attention de ne pas être trop insistantE! La personne en charge de la modération du compte Facebook ou Twitter pourrait vous bannir si vous prenez trop de place ou intervenez de façon incessante.

 

Si la personne que vous souhaitez interpeller ou vous-même n’êtes pas sur Facebook ou Twitter, écrivez un courriel. Cela vous permet d’en dire plus long que 144 caractères! Pour ce faire, vous pouvez vous inspirer de nos lettres et communiqués.