Appel mondial à l’action contre la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution des femmes et des enfants

 

Membres de Cap International

Montréal, le 2 décembre 2019 − La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) et CAP International tiennent à souligner ce 2 décembre, le 70e anniversaire de l’adoption de la Convention des Nations Unies pour la répression de la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution d’autrui (décembre 1949) et le 40e anniversaire de la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’encontre des femmes (Nations Unies 1979).

« L’explosion de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution des femmes et des enfants n’est pas une fatalité. C’est une conséquence des inégalités sociales, politiques et économiques subies par les femmes partout dans le monde. Nous pouvons y mettre fin. Nous profitons des 12 jours d’action contre la violence envers les femmes pour rappeler que s’engager pour faire advenir un monde sans prostitution fait partie intégrante de la lutte contre la violence envers les femmes » souligne Diane Matte, présidente de CAP International.

La CLES est membre fondateur de CAP International, un regroupement d’organismes de première ligne intervenant auprès des personnes dans la prostitution provenant d’une vingtaine de pays. « Nous intervenons au quotidien auprès des femmes aux prises avec la prostitution et ses conséquences dans leur vie » précise Jennie-Laure Sully. Elle ajoute que : « Fortes de leurs voix et fortes de notre conviction que nous pouvons agir pour faire cesser cette violence envers les femmes. Nous croyons qu’il est important de se regrouper aux niveaux québécois, canadien et international afin de contrer la banalisation de l’exploitation sexuelle sous toutes ses formes et offrir des alternatives aux femmes ».

La prostitution des femmes et des enfants profite d’abord et avant tout à ceux qui les exploitent incluant les hommes s’arrogeant le droit de les consommer comme une marchandise. Se taire, signifie accorder l’impunité à ces profiteurs. La CLES et CAP International lancent aujourd’hui un Appel mondial à l’action pour mettre fin à la traite des êtres humains et à l’exploitation de la prostitution des femmes et des enfants. Les parlementaires canadiens.nnes et québécois.e.s sont invité.e.s à signer cet engagement à lutter contre les violences sexuelles et sexistes. La population, les mouvements sociaux, les partis politiques, les gouvernements sont encouragés à soutenir cet appel en affirmant haut et fort leur engagement à ne plus tolérer l’intolérable.

En avril dernier, Diane Matte, fondatrice de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle, a été élue présidente de CAP International. Elle sera présente à Paris dans le cadre d’un événement international, le 3 décembre pour lancer un Appel mondial s’adressant aux parlementaires en présence de la Secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes et la lutte aux discriminations, L’Honorable Marlène Schiappa.