Lettres et communiqués

Montréal,  le 14 juin 2017 – En réaction au bilan du SPVM et de la GRC en lien avec l’exploitation sexuelle entourant le tenue du Grand Prix du Canada (http://bit.ly/2s2pkuv), la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) se réjouit que les corps policiers fassent leur travail et applique la loi. Elle est quand même en vigueur depuis 2014… et jusqu’à maintenant, très peu d’arrestations de clients et de proxénètes ont été effectuées. Évidemment, nous souhaitons que le travail des policiers visent tous les clients et les proxénètes, pas seulement ceux qui cherchent des mineures. La prostitution s’inscrit dans un continuum de violence, que les femmes aient 16 ou 19 ans!

Nous espérons aussi que lors de ces arrestations, les corps policiers aient respecté le fait qu’avec la nouvelle loi, aucune femme ne peut être criminalisée pour sollicitation (à moins de circonstances que nous déplorons, d’ailleurs, et pour lesquelles nous continuons à faire pression sur le gouvernement Trudeau). Nous rappelons aux policiers que nous comptons sur eux et elles pour diriger les femmes vers les organismes d’accompagnement appropriés et les invitons à nous consulter davantage, dans un souci d’unir nos efforts et nos expertises distinctes afin de lutter contre l’exploitation sexuelle sous toutes ses formes.

Le Grand Prix 2017 est terminé : mais l’exploitation sexuelle à Montréal, c’est à l’année! Nous demandons aux corps policiers de poursuivre leur travail de prévention et d’enquête. La CLES fait une une campagne de sensibilisation pendant le Grand Prix, mais c’est 365 jours par année que des femmes qui sont dans l’industrie, qui tentent d’en sortir ou qui en sont sorties nous parlent de l’exploitation qu’elles subissent.

-30-

Un trop Grand Prix pour les femmes et les filles, une campagne de sensibilisation à l’exploitation sexuelle pendant le Grand Prix de Formule 1 du Canada

 Montréal, le 30 mai 2017 – En vue du Grand Prix du Canada, Le Y des femmes de Montréal, le Comité d’action contre la traite humaine interne et internationale (CATHII) et la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) se sont associés dans une campagne de sensibilisation à l’exploitation sexuelle entourant cet événement. Sous le thème Un trop Grand Prix pour les femmes et les filles, les organisations concertées souhaitent sensibiliser la population au recrutement de femmes et de filles qui s’intensifie lors des festivités de la Formule 1. www.untropgrandprix.com

Le Grand Prix de Formule 1 est tristement reconnu pour son objectivation du corps des femmes. Le lien entre culture automobile et femmes-objets semble aller de soi pour beaucoup trop de gens. Cette année, nous sommes doublement inquiètes, car Montréal accueille non seulement la F1 mais un deuxième événement de course automobile, le Championnat FIA de formule E, à la fin juillet.

Hausse du recrutement

De nombreuses femmes qui fréquentent nos organismes témoignent de l’intensification du recrutement de femmes afin de répondre à cette hausse de la «demande» pour des services sexuels pendant la fin de semaine du Grand Prix. Que ce soit aux stations de métro, près des écoles, des centres commerciaux ou sur les réseaux sociaux, des proxénètes proposent aux femmes d’être escortes ou hôtesses; de faire un coup d’argent rapide et de vivre une fin de semaine de luxe et de glamour en jouant les «girlfriend experience». Mais au final, c’est d’exploitation sexuelle dont il est question.

Prévention

Des centaines d’affiches et de tracts ont été distribués dans les centres jeunesse, les maisons de jeunes, les cliniques de santé sexuelle, des cafés et plusieurs autres lieux fréquentés par les jeunes. Grâce à la collaboration des Programmes Prévention jeunesse de Laval et de Longueuil, la campagne Un trop Grand Prix pour les femmes et les filles a aussi pu se déployer en dehors de Montréal.

Pendant le Grand Prix de Formule 1, Montréal devient plus que jamais une plaque tournante de l’exploitation et de la traite, une ville où on peut acheter des services sexuels en un claquement de doigts. Une simple recherche internet permet de réserver des forfaits incluant des accès gratuits à des bars de danseuses, des fêtes privées avec présence de «mannequins», etc. Cette année, nous redoutons une hausse du tourisme sexuel puisque l’événement s’inscrit dans le cadre du 375e anniversaire de la ville de Montréal, déjà marqué par une présence touristique plus importante. Nous souhaitons vivement que les hôteliers, les bars et les restaurants ne soient pas complices de ce tourisme sexuel et qu’ils participent à l’étude commandée par la Ville de Montréal au Conseil des Montréalaises le 19 mai dernier. Nous saluons ce projet triennal qui a pour but de documenter la traite des femmes à des fins d’exploitation sexuelle pendant le Grand Prix du Canada. (https://mairedemontreal.ca/le-conseil-des-montrealaises-etudiera-la-question-de-la-traite-des-femmes-et-des-filles-durant-le-gp)

 

-30-

Informations

Martine B. Côté

Responsable des communications

Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)

Tél. 514-750-4535

martine.b.cote@lacles.org

 

 

Julie Rainville

Le Y des femmes de Montréal

Chargée des communications et des relations avec les médias

Tél. : 514-866-9941, poste 207

jrainville@ydesfemmesmtl.org

 

Montréal, le vendredi 19 mai 2017– La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) accueille favorablement la démarche du maire Denis Coderre d’accepter enfin d’étudier la question de la traite durant le Grand Prix de Formule 1 de Montréal. Les femmes qui fréquentent la CLES, qu’elles soient encore dans l’industrie, qu’elles tentent de la quitter ou qu’elles en soient sorties nous le disent depuis des années : le recrutement de jeunes femmes s’intensifie toujours à quelques semaines de cet événement. Des proxénètes proposent aux femmes d’être escorte ou hôtesse; de faire un coup d’argent rapide et de vivre une fin de semaine de luxe et de « glamour » en jouant les «girlfriend experience». Mais au final, c’est de prostitution dont il est question.

Les femmes qui fréquentent notre organisme nous informent que pour répondre à cette hausse de la «demande» lors du Grand Prix, des femmes venues d’Ontario et des Etats-Unis sont amenées à Montréal pendant cette fin de semaine.
Pendant le Grand Prix, Montréal devient plus que jamais une plaque tournante de l’exploitation et de la traite, une ville où on peut payer pour des services sexuels en un claquement de doigt et un lieu connu internationalement pour son tourisme sexuel. Une simple recherche internet permet de réserver des forfaits incluant des accès gratuits à des bars de danseuses, des fêtes privées avec présence de «mannequins», etc. Une recherche sur kijiji permet rapidement de trouver des dizaines d’annonces douteuses comme celle-ci : http://www.kijiji.ca/v-emploi-etudiant-temps-partiel/ville-de-montreal/recherche-barmaid-grand-prix/1264098738?enableSearchNavigationFlag=true

Depuis plusieurs années, la CLES dénonce la banalisation de l’exploitation sexuelle qui a cours durant le Grand Prix et le tourisme sexuel qui lui est inhérent. Nous suivrons de près les démarches du Conseil des Montréalaises et accueillons avec soulagement la promesse de madame Cathy Wong de consulter la CLES pour d’éventuels témoignages de femmes ayant un vécu en lien avec la prostitution. Nous saluons également la décision du premier ministre Trudeau de mettre à profit l’expertise de la GRC, qui connait bien le phénomène de la traite des personnes à des fins de prostitution.

La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) est un organisme féministe québécois créé en 2005, qui regroupe plusieurs groupes alliés comme le Collectif d’aide aux femmes exploitées sexuellement (CAFES), la Maison de Marthe, la Maison d’Haïti, le Regroupement québécois des Centres d’action et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), le Y des femmes de Montréal (YWCA), le Comité contre la traite humaine interne et internationale (CATHII), le Bureau de la communauté haïtienne de Montréal (BCHM), la Fédération des enseignantes et enseignants de cegeps (CSQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) ou encore SOS Violence conjugale. Notre mission se décline en trois grands volets : le soutien direct auprès des femmes ayant un vécu en lien avec la prostitution (aide juridique, groupes de soutien, etc.), la sensibilisation, la formation et la recherche et l’action politique.

-30-

Source et informations : Martine B. Côté

Responsable des communications

514-978-5997