Formations

Alors que les médias opposent deux visions de la prostitution, l’une qui condamne les femmes prostituées et sur laquelle s’appuient les lois actuelles, l’autre qui cherche à légitimer l’industrie du sexe en ramenant la prostitution à une question de «choix individuel», une troisième approche a vu le jour et s’enracine dans les pays reconnus pour leurs politiques progressistes en matière de droit des femmes, tels la Suède, la Norvège et l’Islande: c’est l’approche féministe abolitionniste.  Celle-ci tient compte des enjeux d’égalité entre les femmes et les hommes, de la pauvreté des femmes, du racisme et du colonialisme. La formation d’une journée permet de démystifier cette approche, de mieux comprendre le vécu des femmes piégées dans l’industrie du sexe et d’établir des liens entre la prostitution et la violence envers les femmes, dont la pornographisation de la société. Lire la suite…

« Nous ne parlons pas de la prostitution dans notre organisme parce que ce sujet nous rend mal à l’aise et que nous avons peur que les femmes se sentent jugées », nous disent des intervenantes rencontrées dans divers organismes. Bien que nous ayons beaucoup avancé, au Québec, pour rendre les agressions sexuelles moins tabou, pour dénoncer la violence envers les femmes sous ses diverses formes, la question de la prostitution demeure encore difficilement abordable. Cette formation d’une journée permet de soutenir les interventions des groupes dans une perspective de lutte contre la violence envers les femmes. Au moyen d’exercices pratiques, elle permet de s’approprier l’intervention féministe en lien avec la prostitution. Elle amène les participantEs à examiner de manière critique les interventions actuelles qui, en occultant les rapports de domination inhérents à la prostitution, reproduisent certains méfaits liées à l’exploitation sexuelle. Elle vise à identifier des solutions concrètes qui correspondent aux besoins des femmes et à une approche féministe. Lire la suite…

Pour beaucoup, les perspectives sur la prostitution sont considérées comme étant uniquement d’ordre idéologique. Pourtant, à la CLES nous savons bien que la prostitution est un fait réel, vécu par des femmes réelles. Ainsi les femmes ayant été dans la prostitution ont recours aux services offerts à la CLES, mais elles sont aussi parmi les militantes, dans les comités de travail et parmi les travailleuses. Cette formation permet aux militantes de comprendre l’approche et les pratiques féministes de la CLES, d’anticiper certains défis de militer dans un groupe aussi diversifié, de mieux connaitre ses forces et de s’approprier la structure de la CLES. La formation permettra aussi aux militantes de l’équipe de solidarité, soit l’équipe d’entraide pour les femmes ayant été exploitées dans l’industrie du sexe, de comprendre l’étendue et les limites de leur implication. Lire la suite…