Communiqué : La CLES devant la commission parlementaire sur les agressions sexuelles : la violence sexuelle existe de deux façons, sous la forme d’agression à caractère sexuel et de l’exploitation sexuelle

Montréal, le mardi 24 mars 2015 – La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) sera entendue cet après midi à 15h devant la Commission des relations avec les citoyens, dans le cadre des consultations particulières portant sur le Rapport sur la mise en œuvre du plan d’action gouvernemental 2008-2013 en matière d’agression sexuelle.

La CLES y défendra l’idée que la violence envers les femmes constitue la pierre angulaire de la domination masculine et que les agressions sexuelles, de même que l’exploitation sexuelle ne sont que deux faces d’une même médaille, celle de la violence sexuelle. Cette violence sexuelle s’inscrit dans un continuum de violence dans la vie des femmes – comprenant les violences sexuelles, physiques, verbales, économiques, etc. – auquel il est impératif de s’attaquer.

Afin de faire face à ces violences spécifiques, la CLES croit qu’il est urgent que le gouvernement du Québec se dote d’une définition de l’exploitation sexuelle qui sache prendre en compte tous ses aspects, dont la prostitution et la pornographie. Dans la foulée, il est également incontournable de mettre en place des orientations et des mesures claires pour y mettre un terme. « Les conséquences de l’exploitation sexuelle créent des besoins immenses chez les femmes alors que peu de ressources spécifiques existent pour elles. Les quelques organismes, tels que la CLES, qui travaillent auprès des survivantes de cette violence manquent cruellement de soutien financier et peuvent difficilement répondre aux énormes besoins des femmes », affirme Diane Matte, organisatrice communautaire à la CLES.

La CLES sera entendue à 15h à l’Assemblée nationale et son mémoire, Violence envers les femmes, pierre angulaire de la domination masculine, est disponible en ligne sur son site internet.