Communiqué: La CLES souligne – enfin! – la sortie de la Stratégie gouvernementale en matière de violence sexuelle

Montréal, le vendredi 28 octobre 2016 – Après des mois et des années d’attente, la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) est heureuse de souligner la sortie de la Stratégie gouvernementale en matière de violence sexuelle. La CLES se réjouit en effet de la sortie de la première stratégie gouvernementale qui vise expressément la lutte contre l’exploitation sexuelle.

Cette nouvelle stratégie reconnait l’importance du travail réalisé par les groupes féministes qui luttent depuis si longtemps contre la violence des hommes envers les femmes. Elle reconnait plus particulièrement le travail de la CLES, en affirmant, à la mesure 54, son appui aux Espaces VIES, lieu de veille stratégique et de concertation sur les questions de la prévention de l’exploitation sexuelle et l’accompagnement à la sortie de la prostitution mis sur pied par la CLES et lancé le 6 octobre dernier.

La CLES se réjouit également des mesures qui promettent – enfin – d’appliquer la Loi sur la protection des collectivités et des personnes victimes d’exploitation. Cette loi, adoptée en décembre 2014 mais encore peu ou prou appliquée au Québec, est un outil incontournable de la lutte contre l’exploitation sexuelle car elle criminalise ceux par et pour qui elle existe, c’est à dire ceux qui achètent des actes sexuels et ceux qui les vendent ou en font la promotion, les proxénètes.

La stratégie reconnait – à l’instar du droit canadien et des politiques provinciales en matière d’égalité – que l’exploitation sexuelle sous toutes ses formes (pornographie et prostitution) est une atteinte au droit à l’égalité des femmes. À ce titre, elle vient renforcer l’urgence d’appliquer la loi canadienne, mais aussi d’investir dans la prévention de l’entrée dans la prostitution et l’accompagnement des femmes dans leur sortie de la prostitution. La marchandisation du corps et de la sexualité des femmes est au cœur d’une culture du viol dénoncée fortement depuis quelques mois. Il s’agit là d’une atteinte à l’intégrité et à l’égalité de toutes les femmes.

Nous déplorons cependant le manque de mesures claires pour offrir des moyens concrets de soutien financier (la pauvreté étant au cœur de ce qui amène et maintient les femmes dans la prostitution), de programmes de pré employabilité et de retour aux études. Finalement, si les 26 nouveaux millions annoncés par le Gouvernement du Québec sont une bonne nouvelle pour les femmes et les filles victimes de violence sexuelle, il apparait important de rappeler que, malgré la reconnaissance du travail crucial accompli par la CLES, le Gouvernement du Québec refuse encore et toujours de soutenir la mission de l’organisme en lui accordant un soutien financier récurrent.

– 30 –

Pour plus d’information:

Éliane Legault-Roy
Responsable des communications
CLES: 514-750-4535
Cell. médias: 514-692-4762
eliane.legault-roy@lacles.org