Communiqué: Inspirée par l’expérience des femmes vis-à-vis de l’exploitation sexuelle, la CLES se donne un plan d’action

Montréal, 26 mai 2009 – Dans le cadre de son Assemblée générale de fondation du 23 mai dernier, la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) a réuni des intervenantEs spécialiséEs dans l’analyse des enjeux de la lutte contre l’exploitation sexuelle.

L’objectif était de partager les causes et les conséquences de la prostitution, cette institution basée sur l’exploitation sexuelle des femmes, d’en tirer des priorités et un plan d’action pour la CLES au cours de l’année 2009-2010. La discussion a mis en lumière les liens cette exploitation et la pauvreté des femmes. Celles qui ont cru pouvoir échapper à cette pauvreté se retrouvent sans alternatives économiques et sociales et font face à un manque de ressources pour sortir de l’industrie du sexe. Les intervenantEs ont rappelé que la prostitution est une véritable atteinte au droit des femmes à l’égalité, telle que prévue par la Charte canadienne des droits et libertés ainsi que la Charte québécoise des droits de la personne.

Richard Poulin, qui intervient comme témoin expert dans une cause devant un tribunal en Ontario, affirme à l’instar des groupes abolitionnistes féministes que la décriminalisation des femmes prostituées est nécessaire, mais que décriminaliser ceux qui en profitent – clients et proxénètes – légitime le système d’oppression de l’exploitation sexuelle et rend invisible la violence masculine intrinsèque à la prostitution. Légaliser la prostitution équivaudrait à légaliser l’inégalité.

Par la suite, la CLES a adopté un plan d’action élaboré à partir de quatre axes d’intervention – l’éducation/sensibilisation, l’action, l’accompagnement et le soutien et la promotion – qui intègre les besoins exprimés par les femmes touchées par la prostitution et la diversité des situations vécues par celles-ci ainsi que leurs origines et cultures multiples. Une quarantaine de nouveaux membres ont salué les efforts et les résultats des initiatives menées par la CLES.

Ces militantEs et intervenantEs y participent à titre individuel ou comme représentantes de plusieurs groupes de femmes qui luttent contre les agressions sexuelles, la traite, ainsi que des groupes féministes qui partagent cette vision commune d’un monde sans prostitution.

-30-