Archives par étiquette : plan d’action

Communiqué: les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours

Montréal le 22 juin 2016 – Trois ans et trois consultations depuis que le 2ème plan d’action gouvernemental en matière d’agressions sexuelles 2008-2013 est échu. Plus de trois ans également que le gouvernement promet un plan d’action en matière d’exploitation sexuelle. Le Regroupement québécois des CALACS et les groupes travaillant auprès des femmes présentant les plus hauts taux de victimisation en matière de violence sexuelle déplorent la lenteur administrative qui laisse planer le doute sur l’importance qu’accorde réellement le gouvernement à ce fléau social d’envergure.

Continuer la lecture

Communiqué : Prostitution: les gouvernements ont les moyens d’agir

Montréal, lundi le 8 février 2016 – Les dernières semaines ont été marquées par la disparition de jeunes filles, recrutées dans la prostitution. La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) qui travaille au quotidien avec des femmes qui sont ou ont été dans l’industrie du sexe souhaite envoyer le message suivant aux médias et au public : il existe des causes sociétales expliquant le recrutement de mineures dans la prostitution et les gouvernements ont les moyens de s’attaquer à ces causes.

On a beaucoup parlé, ces derniers jours, de gangs de rue, de jeunes rebelles et de Centres jeunesse. On a également abordé la question de la banalisation de la prostitution voire de sa « glamourisation ». Mais on semble avoir oublié un élément fort important : les clients de la prostitution. C’est en effet la demande des clients pour des filles toujours plus jeunes qui fait en sorte que celles-ci deviennent des proies de choix pour les recruteurs. « C’est l’industrie du sexe qui crée la demande qui elle, conditionne le recrutement. Il faut s’attaquer à cette industrie et à sa banalisation. Il faut contrer le discours qui travestit cette forme de violence envers les femmes en un ‘travail choisi’ et propage l’idée que les hommes ont le droit d’acheter l’accès au corps des femmes et des filles » explique Diane Matte, organisatrice communautaire à la CLES.

Continuer la lecture