Archives par étiquette : prostitution

Un trop Grand Prix pour les femmes et les filles

Alerte à la prostitution juvénile

«Un trop Grand Prix pour les femmes et les filles», campagne de sensibilisation ciblant l'exploitation sexuelle lors d’événements sportifs. Entrevue avec Martine Côté de la CLES – Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle.

Posted by RDI Matin on Wednesday, May 31, 2017

 

Communiqué : La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il?

Montréal, le mardi 6 décembre 2016 – La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) souligne en ce 6 décembre, journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, les deux ans d’entrée en vigueur de la Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation.

Cette loi a été adoptée après des années de lutte et de dur labeur de la part de groupes de survivantes, de groupes d’intervention de première ligne et de féministes abolitionnistes de tous horizons qui souhaitaient voir l’État combattre activement l’exploitation sexuelle des femmes et des filles et non le voir l’encadrer ou pire, la légaliser.

Alors que la nouvelle loi met l’accent sur l’approche dite nordique, pour laquelle trois éléments sont essentiels – la prévention, la criminalisation de l’achat d’actes sexuels et le soutien à la sortie de la prostitution -, aucun de ces éléments n’a été vraiment pris en charge par les gouvernements. Différentes initiatives ont vu le jour – le projet CREATE à Winnipeg, les « John Schools » en Ontario et en Alberta, de nombreuses opérations visant les clients de la prostitution dans les provinces maritimes – mais le Québec, lui, est à la traine. En effet, La Presse soulignait récemment que seulement 56 clients ont été accusés d’achat de services sexuels entre décembre 2014 et le mois d’aout dernier. Pourtant, les salons de massages érotiques, les bars de danseuses et les agences d’escortes continuent d’opérer au vu et au su de toutes et tous…

Une Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles a été dévoilée le 28 octobre dernier par le gouvernement du Québec et, bien qu’elle promette de nouvelles mesures afin de lutter contre l’exploitation sexuelle, elle ne donne pas d’outils pérennes pour soutenir les femmes dans la prostitution. De fait, aucun organisme travaillant sur cette question n’a reçu de financement récurrent. La CLES fonctionne toujours par projets avec les aléas et l’insécurité que cela comporte. Une des mesures prometteuses, la mesure 20, laisse présager l’intention de mettre en place une aide financière d’urgence pour les femmes souhaitant sortir de la prostitution, mais ne donne aucun horizon pour son application, alors qu’il y a urgence. Les femmes fréquentant la CLES sont nombreuses à ne même pas connaître la loi et à être confrontées à divers obstacles lorsqu’elles tentent de quitter l’industrie du sexe. L’adoption récente d’une loi appauvrissant les femmes telle que la loi 70 nous inquiète profondément.

« Oui, la loi a un fort pouvoir normatif mais encore faut-il qu’elle soit connue, tout comme la nouvelle Stratégie doit prendre en compte l’ensemble des éléments du modèle nordique et offrir plus aux femmes » explique Diane Matte, fondatrice de la CLES. En ce sens, la CLES réclame un financement récurrent; la mise en place de la mesure 20 dès que possible; l’application de la loi sur la prostitution ainsi qu’une campagne de sensibilisation nationale sur l’impact de l’exploitation sexuelle sur la société, l’existence de la loi ainsi que les ressources qui viennent en aide aux victimes. Deux ans après l’entrée en vigueur de la loi, il serait plus que temps.

Communiqué: Le RQCALACS et la CLES tannées d’attendre la Stratégie gouvernementale

Montréal, le jeudi 13 octobre 2016 – La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) et le Regroupement des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) dénoncent l’indifférence du gouvernement de Philippe Couillard face aux victimes d’agression et d’exploitation sexuelle.

Nous attendons, depuis plus de trois ans, la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles. À l’heure actuelle, nous ne parlons plus de la lenteur du gouvernement, mais plutôt de son indifférence. Combien de femmes et de filles devront être victimes de violence sexuelle pour que le gouvernement fasse de cette Stratégie une réelle priorité?

Continuer la lecture

Vidéo promotionnelle de la campagne “Je soutiens le Fonds de solidarité”

bandeau Indiegogo

Le Fonds de solidarité, c’est à l’année!

Vous vous en doutez, la pauvreté est un obstacle majeur à la sortie de la prostitution et aucun soutien financier direct pour aider les femmes n’existe. C’est pourquoi nous avons mis sur pied le Fonds de solidarité. Ce Fonds ne reçoit aucun financement gouvernemental et re pose entièrement sur vos dons!

En donnant au Fonds de solidarité, vous soutenez concrètement les femmes dans leur sortie de la prostitution. Les sommes amassées permettent de défrayer des frais d’inscription au secondaire, au cégep ou à l’université, de fournir des ordinateurs ou du matériel scolaire, de payer le déménagement d’une femme vers un lieu plus sûr, offrir des passes de métro, d’offrir à des femmes et à leurs enfants des moments de répit (camps de jour et activités parascolaires), de défrayer des coûts de psychothérapie, des lunettes, etc. Aucun argent ne va à l’organisme. Merci du fond du cœur! Les dons se font via notre compte PayPal, info@lacles.org

Pour en savoir davantage sur notre Fonds, visitez la page de notre site qui lui est consacrée!

Vous pouvez également soutenir la CLES et les femmes qui la fréquentent tout au long de l’année, via Paypal, par chèque ou par virement bancaires. Pour en savoir plus visitez la section Soutenir la CLES financièrement de notre site.

Voyez ou revoyez la vidéo promotionnelle de notre campagne!

Merci de votre soutien!

Communiqué: « Acheter du sexe n’est pas un sport » Campagne de sensibilisation visant à contrer l’exploitation sexuelle

Montréal, le 1er juin 2016 – Le Phare des Affranchi(e)s, en collaboration avec le Y des femmes de Montréal (YWCA), la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES), le Comité d’action contre la traite humaine interne et internationale (CATHII) et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Ile-de-Montréal, est fier de lancer la campagne « Acheter du sexe n’est pas un sport », afin de sensibiliser la population et les touristes, à l’exploitation sexuelle qui croit de manière alarmante pendant les grands événements sportifs. Cette campagne est financée par le Secrétariat à la condition féminine du Québec et regroupe un grand nombre de signataires.

Continuer la lecture

Communiqué : Prostitution: les gouvernements ont les moyens d’agir

Montréal, lundi le 8 février 2016 – Les dernières semaines ont été marquées par la disparition de jeunes filles, recrutées dans la prostitution. La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) qui travaille au quotidien avec des femmes qui sont ou ont été dans l’industrie du sexe souhaite envoyer le message suivant aux médias et au public : il existe des causes sociétales expliquant le recrutement de mineures dans la prostitution et les gouvernements ont les moyens de s’attaquer à ces causes.

On a beaucoup parlé, ces derniers jours, de gangs de rue, de jeunes rebelles et de Centres jeunesse. On a également abordé la question de la banalisation de la prostitution voire de sa « glamourisation ». Mais on semble avoir oublié un élément fort important : les clients de la prostitution. C’est en effet la demande des clients pour des filles toujours plus jeunes qui fait en sorte que celles-ci deviennent des proies de choix pour les recruteurs. « C’est l’industrie du sexe qui crée la demande qui elle, conditionne le recrutement. Il faut s’attaquer à cette industrie et à sa banalisation. Il faut contrer le discours qui travestit cette forme de violence envers les femmes en un ‘travail choisi’ et propage l’idée que les hommes ont le droit d’acheter l’accès au corps des femmes et des filles » explique Diane Matte, organisatrice communautaire à la CLES.

Continuer la lecture

Communiqué : La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser

Montréal, le mardi 26 janvier 2016 – La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) a été choquée d’apprendre, le 23 janvier dernier, l’existence de l’émission Escortes diffusée sur les ondes de Z télé par l’entremise d’une entrevue non moins choquante sur les ondes de Radio-Canada Première.

En effet, samedi dernier, Joël LeBigot recevait à son émission Valérie Blais, comédienne et animatrice de la série de docu-portraits Escortes. Au cours de l’entrevue, M. Le Bigot s’est montré méprisant envers les organisations de survivantes et de féministes critiques de la prostitution et a cherché à maintes reprises à justifier l’existence de la prostitution.

Continuer la lecture

Prostitution, la loi doit être maintenue

Ce texte est paru dans Le Devoir du 5 décembre 2015

En cette veille de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, nous avons cru bon d’unir nos voix pour souligner le premier anniversaire de la Loi sur la protection des collectivités et des personnes victimes d’exploitation, entrée en vigueur le 6 décembre dernier.

Comme Justin Trudeau l’a lui-même déjà affirmé, en janvier 2014, la prostitution participe du continuum de la violence envers les femmes. Nous sommes toutes et tous à même de constater quotidiennement que la prostitution se nourrit des inégalités systémiques dont sont victimes les femmes et qu’elle entretient ces inégalités en affirmant que le consentement s’achète et en normalisant la violence envers les femmes.

Continuer la lecture

Communiqué: Réaction à la décision d’Amnistie internationale concernant les clients et proxénètes

Montréal, le 26 août 2015 – La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle et les signataires ci-dessous sont outrés de la décision du Conseil International d’Amnistie Internationale (AI) de défendre la décriminalisation totale de la prostitution auprès des États au nom de la pleine jouissance des droits humains des personnes prostituées et de ce fait, nous invitons AI à entendre la parole de celles qui sont au cœur de la prostitution, les femmes.

Il est tout à fait incompréhensible qu’un organisme tel qu’Amnistie fasse preuve d’autant d’incohérence dans son argumentaire et veuille faire croire à la population et en particulier aux femmes, que protéger les droits des femmes revient à donner plus de possibilités à l’industrie du sexe de croître et d’exploiter plus de femmes!! Loin d’assurer un meilleur exercice de leurs droits, nous croyons que cette nouvelle politique met plutôt en danger la vie des femmes et porte atteinte à leur droit à la liberté et à la sécurité.

Continuer la lecture

Modèle de services intégrés pour intervenir auprès des femmes dans la prostitution

La CLES rend disponible son modèle de services intégrés pour intervenir auprès des femmes dans la prostitution intitulé Pour mieux s’en sortir : connaître les réalités, être soutenues et avoir des alternatives.

L’idée de développer un modèle de services à partir de la parole des femmes est née suite à la réalisation des recherches Connaître les besoins des femmes qui ont un vécu dans l’industrie du sexe pour mieux baliser les services (menée auprès de 109 femmes étant ou ayant été dans la prostitution) et Portrait de l’industrie du sexe au Québec, toutes deux parues en 2014.

Partant des constats contenus dans ces recherches, nous avons voulu savoir comment les intervenantEs voyaient leur intervention auprès des femmes dans la prostitution et quels étaient leurs besoins. Nous avons ainsi réalisé un sondage auprès d’une vingtaine d’organismes offrant des services ou étant en contact avec des femmes dans la prostitution.

En plus de ce sondage et des recherches, un comité aviseur a également éclairé la démarche de la CLES qui a mené à la réalisation du modèle de service Pour mieux s’en sortir : connaître les réalités, être soutenues et avoir des alternatives.

Il ne s’agit pas d’une recette toute faite, mais bel et bien d’un point de départ pour une réflexion en profondeur des pratiques de votre organisme ou de votre milieu afin de mieux répondre aux besoins criants des femmes. Il se veut un outil pour tout groupe ou institution souhaitant réfléchir à son intervention et renouveler ses pratiques.

Bonne lecture !

modèle de service

Télécharger le Modèle de services intégrés pour intervenir auprès des femmes dans la prostitution
Pour mieux s’en sortir: connaitre les réalités, être soutenues et avoir des alternatives

Communiqué: Vive réaction de la CLES à un reportage présentant la prostitution comme un besoin

Montréal, le vendredi 8 mai 2015 – La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) est consternée par les propos entendus sur les ondes de Ici Radio-Canada Première hier, jeudi 7 mai, concernant le reportage Sexualité et ainés : quand la prostitution est une solution de Marie-Ève Tremblay, de même que par le contenu du reportage lui même.

Ce reportage, de même que le traitement médiatique dont il a bénéficié à Ici Radio-Canada Première, pose trois principaux problèmes. D’abord, à plusieurs reprises, tant lors de l’entrevue à C’est pas trop tôt que dans le reportage de Mme Tremblay, la prostitution est amalgamée à un besoin. Si le fait d’avoir une sexualité épanouie et d’entrer en relation, de façon intime ou non, avec d’autres personnes, peuvent être de réels besoins, ils ne sont pas des « droits » et ne commandent en rien à d’autres le « devoir » d’y subvenir. De plus, si la sexualité est un besoin, le fait d’avoir une relation sexuelle avec une femme n’en est pas un. Il est au mieux un désir. Pourtant c’est là la seule version de la sexualité présentée dans le reportage alors qu’une sexualité épanouie peut être vécue seul, sans avoir recours à la prostitution. Ainsi le reportage induit le public en erreur en amalgamant de façon indue prostitution et besoins.
Continuer la lecture

Conférence Sortir de la prostitution, enjeux et défis

Le 4 octobre 2014 s’est tenue à Québec, à l’initiative de La Maison de Marthe et de la CLES, une grande conférence sous le thème Sortir de la prostitution, enjeux et défis.

La soirée a été marquée par la conférence de la Docteure Judith Trinquart de même que les témoignages éloquents de survivantes de la prostitution. Le tout fut suivi par une table ronde à laquelle participaient les survivantes et la docteure Trinquart de même que la présidente du Conseil du statut de la femmes, Mme Julie Miville-Dechêne, Mme Rose Dufour, directrice de la Maison de Marthe et Mme Diane Matte, de la CLES.

La soirée, que se tenait au Musée de la civilisation, fut un succès et pour celles et ceux qui n’auraient pu y être présentEs, vous pouvez désormais regarder l’entièreté de la conférence en ligne, en trois parties.

Conférence Sortir de la prostitution, enjeux et défis, partie 1

Conférence Sortie de la prostitution, enjeux et défis, partie 2

Conférence Sortie de la prostitution, enjeux et défis, partie 3

 

Vous pouvez également lire le texte de la conférence Conséquences psychiques et physiques sur les personnes qui vivent la prostitution présentée par la Dre Judith trinquart

La prostitution, un crime contre la personne

Par Éliane Legault-Roy, responsable des communications pour la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle et Me Janine Benedet, avocate et professeure de droit à l’Université de Colombie-Britannique.

Ce texte est paru dans Le Devoir du samedi  décembre 2014

La Presse canadienne titrait samedi que « plus de 60 groupes s’opposent à la nouvelle loi » sur la prostitution et demandent sa non-application par les provinces ainsi que la légalisation de la prostitution. Alors que les médias relaient la nouvelle, il importe de rappeler quelques faits.

 

Le poids du nombre ?

De très nombreux groupes appuient la criminalisation de l’achat des services sexuels et du proxénétisme contenue dans la nouvelle loi. C’est le cas de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) et des quelques 50 groupes qui en sont membres, dont plusieurs centres d’aide et de lutte aux agressions à caractère sexuels (CALACS) et maisons d’hébergement, tous bien au fait de l’impact de la prostitution sur la vie des femmes.

Des groupes de survivantes de la prostitution, dont Sextrade 101, Formerly Exploited Voices Now Educating (EVE) et le Collectif d’aide aux femmes exploitées sexuellement (CAFES) ont salué l’adoption de la loi alors que des groupes de femmes d’origines diverses ont souligné l’importance de lutter contre l’offre et la demande pour des pratiques racistes qui ciblent certaines communautés. La représentation des femmes asiatiques dans les publicités ‘adultes’ et la pornographie propage des stéréotypes et conditionne les hommes à demander que nous soyons ‘délicates’, des ‘geishas’ ou ‘poupées chinoises’, explique Sarah Mah de l’Asian Women Coalition Ending Prostitution.Quant à l’Association des femmes autochtones du Canada elle estime que la prostitution exploite et accroit l’inégalité des femmes autochtones en raison de leur genre et de leur race.

Continuer la lecture

Portrait de l’industrie du sexe et des besoins des femmes ayant un vécu en lien avec la prostitution

Le Portrait de l’industrie du sexe est une réédition et une bonification du portrait déjà réalisé par la CLES en 2011. Cette fois, non seulement le grand Montréal mais aussi les villes de Chicoutimi, Gatineau, Sherbrooke et Val d’Or ont été étudiées afin d’en savoir davantage sur les lieux de l’industrie du sexe au Québec et de dresser un portrait de cette industrie qui fleurit au détriment des femmes.

Le rapport de recherche du Portrait de l’industrie du sexe est en vente à la CLES au coût de 15$

 

Afin de Connaitre les besoins des femmes qui ont un vécu dans l’industrie du sexe pour mieux baliser les services, les chercheures et enquêtrices de la CLES ont rencontré 109 femmes, de partout au Québec, étant dans l’industrie du sexe ou l’ayant été. Le résultat est un portrait éclairant d’une population trop méconnue qui aidera à réaliser un modèle de service spécifique aux femmes ayant un vécu en lien avec la prostitution.

Le rapport de recherche Connaitre les besoins des femmes qui ont un vécu dans l’industrie du sexe pour mieux baliser les services est en vente à la CLES au coût de 25$

Témoignage d’une ancienne TDS

Tiré du blogue “Des histoires de vies …et de survie, par Madame Silence et ses copines”

Voici le témoignage d’une amie d’une amie de l’ami d’une connaissance… Peu importe, appelons la Lili, qui a travaillé dans l’industrie du sexe pendant une année. On s’en fout de qui c’est, sa pourrait être n’importe quelle femme de votre entourage, personne ou presque ne se doutait qu’elle était travailleuse du sexe. Bref, voici son témoignage.

Quand j’ai décidé d’offrir des services sexuels en échange d’argent, je me suis dit que je ne le ferais qu’une fois. La rentrée scolaire approchait et je ne voyais pas comment j’allais y arriver. J’avais un conjoint mais il semblait ne pas réaliser que notre situation financière était catastrophique et j’étais le pilier de la famille, il n’avait rien à foutre des responsabilités qui viennent avec des enfants. 

Continuer la lecture