Women’s Support Project

Cet organisme est basé à Glasgow, en Écosse, au Royaume-Uni. Il a été mis sur pied en 1983 pour sensibiliser la population aux causes et aux conséquences de la violence des hommes envers les femmes, ainsi que pour soutenir des services pour les femmes affectées par cette violence. Le Women’s Support Project s’intéresse à plusieurs thématiques liées à la violence masculine envers les femmes: violence sexuelle, inceste, abus sexuel, mères d’enfants abusés, violence domestique, prostitution et d’autres formes d’exploitation sexuelle commerciale. L’organisme a développé des stratégies d’éducation populaire et de lobbying.

Concernant la prostitution, l’organisme est très impliqué dans un projet appelé «The Route Out of Prostitution», en partenariat avec les services de santé, la ville de Glasgow et la police. Ce projet comprend de la prévention, de l’intervention, de l’implication au niveau de la communauté et des analyses des différentes législations existantes concernant la prostitution.

Analyse et programme

L’analyse du Women’s Support Project concernant la prostitution est féministe et abolitionniste. L’organisme appuie dans l’ensemble le modèle suédois et ses membres souhaiteraient que le Royaume-Uni adopte un modèle similaire. Selon l’organisme, si la violence domestique a été reconnue comme un grave problème au cours des dernières années, la prostitution demeure encore rarement reconnue comme une violence envers les femmes. L’organisme a notamment pour but de conscientiser la population et les décisionnaires sur les causes de la prostitution et sur l’expérience vécue par les femmes qui en sont victimes. Les membres de l’organisme soutiennent que la prostitution, ainsi que d’autres formes d’activités sexuelles commerciales (incluant danse nue, danse contact, peep shows, massage érotique, téléphone érotique, chat room sur Internet, pornographie, épouses par correspondance et tourisme sexuel) constituent un éventail des pratiques d’exploitation sexuelle des hommes sur les femmes et les enfants.

Les problématiques vécues par les femmes dans la prostitution peuvent inclure la dépendance à la drogue, la pauvreté, un passé d’abus sexuel, des problèmes de santé mentale et des traumatismes. Toutefois, selon le Women’s Support Project, il ne faut pas pour autant les considérer comme les causes réelles de la prostitution. En effet, pour cet organisme, les causes réelles de la prostitution se trouvent dans la demande masculine d’acheter des services sexuels et dans les inégalités sociales entre hommes et femmes.

Jan Macleod, du Women’s Support Project, définit ainsi l’exploitation sexuelle: «Une pratique par laquelle une personne se procure une gratification sexuelle, un gain financier ou un avancement par l’abus ou l’exploitation de la sexualité d’une autre personne en portant atteinte au droit humain à la dignité, à l’égalité, à l’autonomie et au bien-être mental et physique de cette personne».

Pour cet organisme, la réduction des méfaits ne doit être qu’une solution temporaire car il faut travailler à mettre fin à la prostitution.

 

Lobbying

Les représentants municipaux de la ville de Glasgow soutiennent l’approche suédoise sur la prostitution et tentent de convaincre le gouvernement écossais d’adopter cette position, même si les représentant-es d’Édimbourg et d’Aberdeen penchent davantage vers l’approche dite «pragmatique» de réduction des méfaits.

Le Women’s Support Project a probablement influencé cette décision de la ville de Glasgow: «Le Women’s Support Project de Glasgow est également engagé dans des discussions avec des député-es de l’Écosse au sujet de la prostitution et d’autres formes commerciales d’exploitation sexuelle des femmes et des filles».

Le Women’s Support Project intervient régulièrement dans les médias et dans les consultations sur la prostitution. Il organise également des événements publics pour sensibiliser les citoyens à l’exploitation sexuelle, commerciale ou domestique, parfois en collaboration avec le projet Route Out of Prostitution Partnership.

Au Royaume-Uni, des initiatives concernant la prostitution et la traite des femmes, et critique de l’approche «pragmatique» qui a également cours dans ce pays, ont été réalisées ces dernières années au sein du gouvernement, des municipalités et d’organismes luttant contre la violence envers les femmes. Notons le document Paying the Price du gouvernement du Royaume-Uni, qui met l’accent sur la sortie de la prostitution et envisage le modèle suédois. Notons également le Poppy Project, basé à Londres, qui lutte contre le trafic des femmes et tente de trouver des solutions, dans l’optique abolitionniste. Il existe également une Feminist Coalition Against Prostitution, de même qu’une Coalition for the Removal of Pimping (CROP), basé au Yorkshire

 

Intervention

Le Women’s Support Project ne fait pas d’intervention comme tel, mais il est un des partenaires du projet The Route Out of Prostitution, en collaboration avec le Glasgow City Council, le Greater Glasgow Health Board et le Strathclyde Police. L’intervention est une des constituantes de ce projet.

Initié en 2000, ce projet inclut quatre axes que nous décrirons ici brièvement:

La prévention: Elle se fait par la recherche, les interventions dans les médias, l’éducation populaire visant la sensibilisation, les dépliants d’information et la rencontre de jeunes dans les milieux de l’éducation, du travail social et des services pour les jeunes.

L’intervention: Elle se fait notamment via l’accès à des services sociaux et médicaux, des cliniques pour les personnes dépendantes aux drogues, un support individuel pour les femmes qui veulent sortir de la prostitution et un programme d’accès à l’emploi. Selon la page web du projet[1]: «Une foule de services sont offerts aux femmes pour leur permettre de croire qu’il est possible de quitter la prostitution. Ces services comprennent le soutien individualisé, le travail en groupe et un accès à des services de counseling. Un soutien pratique et émotionnel est également offert pour permettre aux femmes d’accéder, le cas échéant, à des formations et des cours».

Implication dans la communauté: Elle se fait par des cours et des événements offerts aux femmes, ainsi que par le réseautage des personnes impliquées ou sensibilisées sur cette question.

Réforme juridique: Les différents partenaires du projet se rencontrent afin d’évaluer les pour et les contre des différentes approches juridiques adoptées par différents pays, tels l’Australie, l’Irlande, la Suède et les Pays-Bas.

Le Route Out of Prostitution Partnership et le Women’s Support Project ont élaboré un document de référence (accessible sur le site du Women’s Support Project) pour les organismes d’aide aux personnes prostituées dans une approche abolitionniste féministe:

For Organisations Working with Women in Prostitution. A Good Practice Guide, Women’s Support Project, Glasgow, 2002. 48 p.

 

Financement

Le financement du Women’s Support Project, qui travaille sur différents sujets liés à l’exploitation sexuelle, et pas seulement sur la prostitution, était de 187 000 Euros en 2004, 196 000 en 2005, 160 000 en 2006 et 290 000 en 2007. Leurs fonds proviennent principalement du gouvernement municipal (Glasgow City Council)[2].

Il emploie quatre ou cinq travailleuses rémunérées. Il a également cinq autres membres dans le comité qui, elles, sont bénévoles.

Nous n’avons pas été en mesure de connaître les fonds du projet Route Out of Prostitution Partnership. Le gouvernement écossais aurait déboursé 1,8 million d’Euros en 2000 pour sortir les femmes de la prostitution, mais nous ne savons pas comment cet argent a été réparti[3]. Comme le Route Out of Prostitution a été mis sur pied en 2000, il est fort possible qu’il ait été un des principaux organismes financés.

 

Allié-es du Women’s Support Project

-Route Out of Prostitution Intervention Team

-Base 75

-CATW

-Donna Hughes

-Melissa Farley

-Gunilla Ekberg

-ECPAT

-Eaves Housing 4 Women

-The Poppy Project

-Julie Bindel

-Scottish Coalition Against Sexual Exploitation (SCASE)

-Glasgow Violence Against Women Partnership

-Coalition for the Removal of Pimping (CROP), Yorkshire

-Fiona McTaggart, MP, gouvernement du Royaume-Uni

-Feminist Coalition Against Prostitution (Jennifer Drew)

 

Coordonnées

Women’s Support Project

Granite House, 31 Stockwell Street,

Glasgow, G1 4RZ

United Kingdom

Tél.: (0141) 552 2221

Fax: (0141) 552 1876

Courriel: info@wsproject.demon.co.uk

Membre très impliquée sur la question de la prostitution: Jan Macleod

http://www.womenssupportproject.co.uk

 

Route Out of Prostitution Intervention Team

Ground Floor

73, John Street

Glasgow G2 1DU

Tél.: (0141) 287 5768

http://www.gvawp.org.uk/InfoWomen/Orgs/WroutOP.htm

 

Recherche effectuée par Rhéa Jean

 


[1] Voir coordonnées du Route Out…à la fin de ce document.

[2] Leurs revenus et leurs dépenses sont décrits dans des documents disponibles sur leur site Internet pour les années 2004-2007.

[3] http://www.scotland.gov.uk/News/Releases/2000/08/6de3d22b-7089-4e50-999b-a0680da575a8