Communiqué: Plan d’action gouvernemental « Briser le cycle de l’exploitation sexuelle »

Montréal, le 3 décembre 2021

La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle salue les mesures mises en place dans le Plan d’action gouvernemental « Briser le cycle de l’exploitation sexuelle ».

Le Plan d’action gouvernemental 2021-2026 en réponse aux recommandations de la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs déposé aujourd’hui vient concrétiser l’engagement du gouvernement à combattre cette forme de violence envers les femmes et les filles du Québec. Après une première lecture, nous sommes tout particulièrement heureuses de constater que le Plan vient renforcer l’application de la loi canadienne criminalisant l’achat d’actes sexuels au Québec.

Considérant que l’exploitation sexuelle est inhérente à la prostitution et contraire à nos idéaux d’égalité pour toutes, la loi canadienne a marqué un changement de paradigme à la fois en condamnant l’achat d’actes sexuels et en décriminalisant les personnes en situation de prostitution. La mesure 33 du Plan d’action gouvernemental annoncé aujourd’hui indique clairement que les contrevenants à l’article 286.1 du Code criminel devront répondre de leurs actes et suivre une session de conscientisation afin de ne pas être judiciarisés.

La mise en place d’un comité interministériel visant à proposer des solutions concrètes pour réduire les obstacles à la sortie de la prostitution et soutenir la réinsertion sociale nous permet d’espérer qu’un programme complet soutenant les filles et les femmes dans leur processus de sortie de la prostitution sera bientôt instauré au Québec.

La CLES surveillera l’application de plusieurs de ces mesures et continuera de faire valoir son expertise dans la lutte contre l’exploitation sexuelle auprès de ses partenaires institutionnels et communautaires. « Nous comprenons que la mesure 10 nous permettra d’avoir un financement récurrent accru afin de nous permettre de soutenir, comme nous le faisons depuis 16 ans, les femmes et les filles qui vivent ou ont vécu de l’exploitation sexuelle. » a affirmé Jennie-Laure Sully, organisatrice communautaire à la CLES.

La CLES estime que les campagnes de sensibilisation qui ont été annoncées  devraient parvenir à faire comprendre plus largement les conséquences de l’exploitation sexuelle sur les femmes et les filles. En définitive, ce plan d’action gouvernemental permet d’espérer que des changements de mentalités plus profonds pourront s’opérer.